Jardin des Bartodes

Jardin des Bartodes

C’est celui par lequel vous entrez, le plus vaste, c’est aussi le plus récent des trois. Ses plantations ont vraiment débuté en 1999. Jusque là, il s’agissait d’un verger où paissaient tranquillement quelques moutons.

Le sol est une terre argileuse lourde sans aucun caillou (géologie : marnes du lias). Le PH oscille entre 6.5 et 7. Il est (malheureusement) assez mouillé en période hivernale, ce qui interdit la culture de plantes se plaisant en terrains drainés. Une mare et un ruisseau ont été aménagés en 2004 sur une bâche étanche.

Ce jardin s’identifie plutôt à un jardin dit à l’anglaise : les îlots de plantation se dispersent sur une grande pelouse naturelle obtenue par la tonte de l’ancien pré des moutons.

Le choix et la position des plantations ont été, au départ, très subjectifs ; coups de cœur pour tel arbre ou tel arbuste parce qu’ils étaient soit rares, soit dotés d’une floraison généreuse ou bien d’un beau feuillage, d’une belle écorce ou bien encore recherchés pour leurs frondaisons d’automne aux couleurs aussi belles qu’éphémères.

Tels ont été les critères de choix des plantes glanées ça et là en Europe, Etats-Unis, Canada et Japon.

En toute sincérité, il n’y a pas eu, au départ de plan bien établi. Mais au fil du temps, on a ici, privilégié la perspective,  veillé à accorder les couleurs des floraisons, ailleurs  cherché à composer un mélange de colorations des feuillages d’automne en jouant sur les synergies et les contrastes, avec parfois la nécessité de « réviser sa copie » quand l’effet attendu n’était pas au rendez-vous.

Ajoutons bien sûr la permanente recherche consistant à créer des zones d’ombre et d’abris pour les quelque 700 cultivars différents d’hydrangea  qui sont ma passion et qui, pour la plupart réclament,  afin de bien se développer, une atmosphère fraîche et ombrée en été et un sol plutôt acide.

Dans ce jardin les plantations sont assez serrées. Au départ ce fut un choix raisonné pour pouvoir rapidement donner de l’allure,  sans donner un air d’arboretum mais en créant un espace végétal où se mélangeraient les uns aux autres les floraisons et les feuillages, où chaque plante devrait se faire une place,  tout en sachant bien que, 10 ou 15 ans après, certains sujets auraient périclité, d’autres devraient, ou bien  être exportés, ou bien subir une taille appropriée. 

Entrée Jardin C (Les Bartodes)

Hydrangea arborescens ‘Incrediball

Jardin de la collection Annabelle

Jardin et collection Annabelle
avec Exochorda racemosa ‘The Bride’

Hydrangea ‘Madame Emile Mouillère’ et Hydrangea ‘Lily Mouillère’

Cornus kousa ‘Beni Fuji

Hydrangea serrata ‘Santiago’

Jardins et Collection Annabelle
Petite collection hémérocalles
%d blogueurs aiment cette page :